Mausolée de Sultan Sanjar (XI siècle)

Mausolée de Sultan Sanjar (XI siècle)

Le mausolée du Sultan Sandjar sous le nom le "Dar-Al-Akhire" ("Autre monde") est le plus majestueux monument architectural de Merv. Par tout son aspect il reflète les acquisitions plus élevées et l'épanouissement de la puissance des seldjukides. Le mausolée du sultan Sandzhara est disposé au centre de la ville du Sultan-Kala. Il y a tout près d’ici de grands bâtiments monumentaux - les palais des régents des seldjukides et la mosquée. Le mausolée du Sultan Sandjar est un vrai gratte-ciel médiéval, dont la forme cubique est couronné par le dôme avec le revêtement turquoise. Le dôme désignait le firmament et semblait "planant" de loin. L'harmonie surprenante et la symétrie de l'architecture du mausolée du sultan Sandjar des proportions ravit. Les murs à l'épaisseur près de 5 m. Le mur du mausolée a la longueur 27 mètres. Le mausolée est construit sur l'ordre du sultan Muizeddin Sandjar. En 1157 on a enterré Muizeddin Sandjar. Cependant, en 1221, quand les troupes mongoles ont pris la ville Merv au siège, la poussière du sultan était reenterré, et en outre, la place et le temps sont restée inconnus. Ainsi, sous la dalle funèbre du mausolée il y a une vacuité. Mais jusqu'ici l'inscription arabe sur sa façade annonce : «Cette place est ennoblie par les débris de celui qui était appelé sultan Sandjar, des descendants des Turcs seldjukes. Le mausolée sert de la place du pèlerinage des milles croyants, sans parler de ce que c'est un principal objet de l'attraction pour les touristes étrangers. À propos, dans le peuple existe la légende sur le mausolée du sultan Sandjar… «aux temps immémoriaux sultan Sandjar est tombé amoureux de la magicienne céleste – Peri. En réponse à la proposition de se marier avec la personne terrestre Peri a répondu :« je peux devenir la tienne seulement dans le cas où tu exécuteras mes trois conditions. Premier : on ne peut pas me prendre par la taille. Deuxième : on ne peut pas regarder sur mes pieds, quand je cours. Troisième : on ne peut pas voir, comment je me coiffe. Le sultan Sandjar a accepté les conditions et se mariait Peri. Mais, la curiosité était si forte qu'il a violé toutes trois conditions. Ayant pris une belle vierge par la taille, il a découvert que Peri n'a pas d'os. Ayant épié, comme elle court, le sultan a compris que Peri plane sur la terre, mais, en violant la troisième condition, il a vu que la magicienne peut retirer la tête, la mettre sur la petite table d'or et coiffer. Ayant découvert la tromperie, Peri s'est fâchée terriblement et s'étant transformé en oiseau blanc s'est levée en haut au ciel. Le sultan Sandjar la demandait avec les larmes: «je mourrai, si je ne te verrai pas». En disparaissant dans les nuages, l'oiseau a répondu : «si tu veut me voir, tu dois construire au centre de la ville le plus haut et plus beau bâtiment ». Sur le sommet du dôme laisse l'orifice. Chaque vendredi je le regarderai, et tu pourras me voir. Ainsi, grâce à Peri céleste on a construit ce mausolée».