Pendjikent, Oura-Tubé, Kourgan-Tubé, Khoudjand - Villes de Tadjikistan

Villes de Tadjikistan

Pendjikent

Ancien Pendjikent est une ville de Sogdiane qui prospérait des V - VIII siècles. La ville s'est gardée bien et était appelé “Pompei de l'Asie Centrale”. On peut voir ici le palais du riche régent, la maison et les temples. Autrefois Sogdiane dirigeait une principale branche de la Grande Route de la Soie, mais au VIII siècle l'empire s'est désagrégé et la population des villes s'est cachée dans les montagnes. Les descendants de cet ancien royaume vivent encore dans les régions éloignées du Tadjikistan moderne, dans la vallée de Yagnobe et parlent encore le dialecte de Sogde. La ville de Sarazm disposée approximativement à 20 km de Pendjikent est un des plus anciens établissements de l'Asie Centrale et se rapporte à l'Âge de bronze.

Oura-Tubé

Oura-Tubé autrefois était le centre de l'État indépendant dans le chef de qui il y avait des régents ouzbeks. Au début de XIX siècle la ville est devenue la "pomme de discorde" entre l’Emirat de Boukhara et le khanat de Kokand, mais aux 60 de XIX siècle était gagné par les troupes russes. Les Ouratubens depuis longtemps étaient célèbres comme les maîtres-artisans inégalés. Leurs produits sont les tissus, les chaussures, les couteaux ornés de la sculpture, la vaisselle, la broderie d'art qui s'appréciaient haut en Asie Centrale. Des monuments architecturaux la mosquée Kok -goumbez («le dôme Bleu clair») construite au XVI siècle est plus connue. Les restes du remblai de plusieurs kilomètres Kampirdouval se sont gardés vers le nord de la ville qui à l'ancienneté protégeait la ville contre les incursions des nomades. Oura-Tubé est mentionné dans les plus anciens manuscrits du monde. Alexandre Le Grand a visité la fête du printemps Navrouz dans cette ville et était charmé par sa beauté.

Kourgan-Tubé

La ville s'installe dans la partie supérieure de la vallée au centre d'une riche oasis. Selon unes données historiques Kourgan-Tubé est apparu au VII siècle, selon les autres Kourgan-Tubé est considérable plus tard. Le terrain que prend Kourgan-Tubé moderne, au moyen âge était connu comme Kouttal. Le terrain prenait le territoire immense entre Vakhche et Pyandje. À la période la plus ancienne de l'histoire Kouttal faisait partie de la Baktre. «Les coursiers Célestes» de Kouttal étaient bien connu à l'ancienneté. Notamment les chevaux de Kouttal étaient la base de la cavalerie d'Alexandre Le Grand. Personne des géographes médiévaux ne donne la frontière géographique exacte de Kouttal. On sait bien cependant que la capitale du domaine était à cette époque-là la ville de Hul'buk qui a disparu pour quelques raisons après XII siècle.

Khoudjand (Khodjent)

Khoudjand se rapporte vers le VII siècle avant J.-C. et était disposé à un principal carrefour de la Grande Route de la Soie avec les ramifications de l'itinéraire à toutes les directions. Pendant son épanouissement la ville était le centre religieux et aujourd'hui la citadelle magnifique, le mausolée du Cheik Mouslikhitdin et la mosquée de XVIII siècle attirent les visiteurs.

La réserve naturelle historique et culturelle Gissar

Une des principales curiosités du Tadjikistan s'est installé dans 30 km de Douchanbé c’est la réserve naturelle historique et culturelle Gissar. Sous ce nom aujourd'hui on unit les monuments archéologiques et architecturaux de différentes époques se trouvant sur le territoire près de 86 hèctares. Le siège de la réserve naturelle est la vallée de Gissar une vaste combe dans les montagnes par laquelle passent les rivières de Kafirnigan, Karataguq, Chirkent. La vie dans cette place a commencé encore dans l'âge de pierre aux IV-III millénaires avant notre ère. Plus tard le territoire de la vallée faisait partie de la Baktre, ensuite des États Greco-Baktre et des Kouchans . De cela témoignent les restes d’anciennes villes et les établissements trouvés pas les archéologues. Aujourd'hui en effet, d'eux sont restés seulement les remblais arrondis appelés «tépa» - la "colline". Au moyen âge Gissar était la ville connue de l'artisanat et le centre de marché. Aux XVIII - XIX siècles il s'est transformé à l’Etat de Gissar une de 28 possessions de l’ Emirat de Boukhara . La forteresse Gissar s'est gardée dès ces temps c’est le monument le plus connu de la réserve naturelle.