Information touristique: Curiosités de Guissar

Curiosités de Guissar

La réserve naturelle historique et culturelle de Guissar

La réserve naturelle historique et culturelle de Guissar - une de principales curiosités du Tadjikistan, s'est installé dans 30 km de Douchanbé (4-5 km du bourg de Guissar). Sous ce nom aujourd'hui on unit les monuments archéologiques et architecturaux de différentes époques se trouvant sur le territoire près de 86 hectares. L’emplacement de la réserve naturelle est une vallée de Guissar , un vaste creux montagneux où passent les rivières Kafirnigan, Karatag, Chirkent. La vie dans cette place a commencé encore dans l'âge de pierre, aux IV-III millénaires avant notre ère. Plus tard, le territoire de la vallée faisait partie de la Bactriane, ensuite des États Greco-Bactrian et des Kouchans. Les restes trouvés par les archéologues témoignent des faits des anciennes villes et des établissements. Seulement les remblais arrondis appelés «tepa» - la "colline" sont restés d'eux.Au moyen âge Guissar était une ville connue de l'artisanat et le centre de marché. Aux XVIII- XIX siècles il s'est transformé à la principauté des Beks (maîtres )de Guissar - une de 28 possessions d’Emirat de Boukhara. Dès ces temps s'est gardée la forteresse de Guissar, qui s’est transformée aujourd'hui en musée à la belle étoile. Une réserve naturelle unique historique et culturelle était crée à Guissar à la fin des quatre-vingtièmes années de XX siècle. Dans ce réserve entrent
1. La forteresse de Guissar avec l'arc (portes). La forteresse de Guissar est construite à la main. La forteresse de Guissar a 2500 ans. De principales portes sont les portes ark. Les portes étaient construites au XVI siècle, aujourd'hui les portes ark sont entièrement restaurés.
2. Reguistan (la place devant la forteresse).
3. Une vieille médersa. L'école médiévale était construite au XVI siècle. La place de la médersa occupe 2250 m carrés.
4. Une nouvelle médersa.
5. Le Caravan sérail (hôtel). Le Caravan sérail en brique était construit en 1808 pendant le conseil d'administration de Saidi Atolik et était utilisé à titre de l'hôtel.
6. La mosquée «Chachmai mokien» (la Mosquée en pierre) était construite au VIII siècle. Deux vérandas et la tour sont construits au XIV siècle. Aujourd'hui la mosquée «Chachmai mokien» est entièrement restaurée.
7. La mosquée «Sanguin».
8. Le mausolée «Makhdoumi Azam» est le monument historique de XVI siècle, il était construit à la place de la tombe de Khodji Moukhammed Khayvoki. La place du mausolée occupe 609 m carrés.
9. Le musée historique disposé dans le bâtiment d'une vieille médersa. On présente ici les monuments uniques et les pièces (plus de 3200 exemplaires), trouvés pendant les fouilles sur les territoires de la ville de Guissar et après ses limites.

La forteresse de Guissar

Une ancienne résidence du bek, du gouverneur général de l'émir de Boukhara, est disposée dans 26 km vers l'ouest de la capitale. La forteresse avec les murs ayants l'épaisseur 1 m, avec les meurtrières pour les fusils et les canons était protégée par la garde. Il y avait au-dedans une piscine et le jardin. De grands escaliers et les terrasses entourées de la brique conduisaient à l'entrée principale. Malheureusement, jusqu'à nos jours ils ne se sont pas gardés, comme, d'ailleurs, et tout le bâtiment du palais. Seul que restait de la forteresse c’est les portes monumentales de la brique cuite avec deux tours cylindriques, entre lesquels il y a un arc en ogive, on construisait ainsi la plupart des portes de Boukhara des XVIII-XIX siècles. Mais même ce fragment a aujourd'hui un aspect très majestueux et impressionant. En face de la forteresse il y a une place du marché avec le caravan sérail et la multitude de boutiques faisait du bruit. En face de l'entrée à la forteresse s'est gardée une vieille médersa de XVII siècle, où les étudiants étudiaient le Coran. Il y a côte à côte une nouvelle médersa des XVIII-XIX siècles. Encore ici il y a le mausolée des XVI-XVII siècles. On lie une série des légendes avec la forteresse de Guissar soutenues par les habitants du lieu. Selon un d'eux, Afrosiab a construit la forteresse pour la protection contre Roustam(le héros rendu célèbre de l'oeuvre de Firdavsi «Chakhnamé»). Une autre légende annonce que le khalife propre Ali est venu sur ces places sur le cheval Dul-dul pour prêcher l'Islam et il s'est arrêté sur la montagne, qui porte de nos jours le nom Poï Dul-Dul (vers l'ouest de Guissar).Il a pénétré de la montagne dans la forteresse à titre de l'acrobate-funambule, mais ici il était appris et prisonnier. Mais son cheval fidèle lui a apporté l'épée de Zulfikar. Avec l'aide de cette épée il a exterminé tous les ennemis, y compris un magicien méchant, qui possédait à cette époque-là la forteresse. À côté de la forteresse grandissent deux platanes immenses, qui ont environ 500-700 ans. Une vieille et nouvelle médersa la Vieille médersa - Medresei-kuna (XVI-XVII siècles) – est une construction en brique avec l'entrée-portail, couronné par le dôme. À l'entrée à l'intérieur, une large cour s'ouvreau regard, que selon le périmètre ceignent les khoudjres (cellules). Encore au début de XX siècle ici on enseignait de 100 à 150 élèves. Les études ont cessé seulement en 1921. Aussi dans une vieille médersa s'est gardé le local de la bibliothèque. Une nouvelle médersa - Medresei-nav (XVII-XVIII siècles), malheureusement, est presque détruite, dont s'est gardée seulement la façade à un étage.

Le mausolée de Makhdoumi Azam.

À côté d'une vieille médersa il y a un mausolée de Makhdoumi Azam (XVI-XVII siècles).Makhdoumi Azam signifie «Plus grand monsieur» et ce n’est pas le prénom, mais plutôt c’est le titre ou le surnom. Il est curieux que sur le territoire de l'Asie Centrale il y a quelques ensembles sous ce nom, qu’ on lie avec de divers gens, existant réellement: par les hommes d'État ou religieux. Qui est enterré dans le mausolée de Gissar c’est l'énigme. Hypothétiquement, c'est Khodja Moukhammed Khayvoki.

Le Caravan sérail (XVII-XVIII siècles)

Encore une construction remarquable de l'ensemble Gissarsky c’est le caravan sérail «Khichtin» (que dans la traduction signifie "En brique"). Vers le XX siècle le caravan sérail représentait les restes dépareillés des fondements et des murs de la brique cuite de la hauteur pas plus d'un mètre. L'aspect primaire était reproduit seulement sur les photos de 1913, d’après lesquelles on a réussi à restaurer le caravan sérail. Un monument intéressant de la réserve naturelle de Guissar est une la mosquée de coupole Sanguin (XII-XVI siècles) que dans la traduction signifie "En pierre". C'est lié avec ce fait que les murs de la mosquée jusqu'à la moitié sont construit de la pierre. Quatre carafes de la céramique sans fond sont scellé sous le dôme de la mosquée. Ainsi, des résonateurs originaux ont résulté qui sont destinés à l'amélioration de l'acoustique du local.