Information touristique: Douchanbé, Tadjikistan

Douchanbe Tajikistan

Douchanbé, Tadjikistan

Douchanbé est la capitale du Tadjikistan, c’est la plus grande ville, le centre politique, culturel et économique du pays. Douchanbé est disposé à la hauteur de 750-930 m au-dessus du niveau de la mer dans la vallée populeuse de Gissar au sud du Tadjikistan. La ville est une des capitales de haute montagne du monde. La rivière Douchanbinka arrose la ville Douchanbé en nourrissant le lac artificiel du Komsomol au centre de la ville. Vers le nord de la ville il y a une gorge de Varzob. Les premières mentions de Douchanbé se rapportent vers l’année 1676, à cette époque-là le marché de chaque semaine passé tous les lundis était la seule curiosité de la ville, d'ici vient le nom de la ville, qui on traduit comme "lundi" . En réalité Douchanbé s'est formé en 1924 à la suite de la fusion de trois villages : Sarïosie, Chokmansour et Douchanbé, avec la population de 5,6 milles personnes. Douchanbé s'est transformé en ville florissante avec la population plus de 1 million personnes. Aujourd'hui Douchanbé est une grande ville solaire, la capitale moderne. Douchanbé est devenu officiellement la capitale de Tadjikistan en 1929, maintenant Douchanbé est une ville moderne avec l'infrastructure développée, qu’on peut appeler comme le champion par la quantité des villes, des rues, des avenues, des places appelées aux noms des poètes, des écrivains qu'encore une fois confirme la mémoire profonde historique des Tadjiks. Douchanbé est apparu à la place du petit établissement au carrefour des chemins, où on organisait tous les lundis un grand marché, d'ici vient le nom de la ville («douchanbé » en Tadjik - lundi).

Mais si le nom de la ville Douchanbé est assez nouveau, son passé historique part presque sur 3 mille d’années en arrière. Les archéologues ont fouillé ici les restes des établissements du règne grecque et de Baktre, la ville de la période des Kouchans (VII - VIII siècles), la ville Chichi Khona et autres établissements médiévaux. Au début du XX siècle à Douchanbé il y avait une résidence d'été des beks ( des régents ) des Gissar. En 1920 le dernier émir de Boukhara Said Alimkhon courait de Boukharaet il a fondé la résidence à Douchanbé, mais il était expulsé bientôt par les parties arrivant de l'Armée rouge. Mais sous l'impulsion des bolcheviks il était obligé de quitter la ville et courir à l'étranger. Il y avait dans cet endroit un petit bourg de 4 maisons avec les planchers de bois, 42 chariots couverts et 283 habitants. En automne 1924 le petit village Douchanbé est devenu la ville, quand on formait la République Tadjike Autonome Soviétique Socialiste, mais dès 1929, après la formation de la République Tadjike Soviétique Socialiste, Douchanbé est devenu la capitale. En 2004 par la décision de l'UNESCO la ville de Douchanbé est annoncée par la ville du monde. Douchanbé est le plus grand centre industriel de la république. Il produit plus de 1/3 productions industrielles du Tadjikistan.

Douchanbé est considéré comme une des quelques villes de l'Asie Centrale, où on concentre les plus riches documents de l'ancienneté écrits à la main racontant de l'histoire des Tadjiks, de sa poésie, d’une haute culture traditionnelle et de l'art. L'architecture nationale s'est incarnée dans les bibliothèques, les dépôts des manuscrits orientaux et d'autres institutions, qui donne la possibilité de sentir le lien des temps par les formes et par les éléments traditionnels mis dans eux de l'architecture. La république présente aux touristes l'art traditionnel du peuple qui est reproduit dans les panneaux pittoresques muraux, les compositions sculpturales, les oeuvres de l'art décoratif-appliqué et autres monumental. Dushanbé est disposé au centre de Tadjikistan, sur la pente du sud de l'échine puissante de Gissar.

La vallée de Gissar, dans la partie orientale de laquelle est disposé Douchanbé, représente, le creux montagneux de la longueur près de 100 km et de la largeur de 1,5 à 24 km. La ville est apparue dans la région de la fusion des rivières de Kofarnikhon et de sa grande affluence du nord - Varzob. Douchanbé est une des capitales de plus hautes montagnes du monde et un des plus grands centres intellectuels en Asie. Douchanbé est une ville verte créée par les mains de la personne dans la zone située au pied du massif. La ville change l'aspect. Il y a des nouveaux quartiers, on crée de nouveau zones du repos, on construit de nouvelles rues. Il ne reste pas d'aucuns doutes sur ce que chacun qui visitera Douchanbé au moins une fois, n'oubliera déjà jamais le "goût" épicé oriental de cette ville originale.

Les curiosités de Douchanbé

Une large avenue de Roudaki , une principale rue de Douchanbé s'étend par toute la ville, jusqu'à un bel aéroport moderne. Par cette rue on peut passer en revue de nombreuses curiosités de la capitale. Les places principales de Douchanbé sont la place de gare d’Ayni, la place de 800 anniversaire de Moscou, la Place de Dousti etc. A Douchanbé il y a 5 théâtres (theater d'Opéra et de ballet, le Théâtre Académique du drame, le le théâtre Russe Dramatique de jeunesse etc.), la société philarmonique, le cirque, plus de 70 cinémas et le studio "Tadjikfilm". Parmi les curiosités de la ville on peut citer : le Monument d’Ismoïl Samani sur la place Ozodi, le Monument d’Abouali ibn Sine, le Mausolée de Sadriddin Ayni, l'Avenue Roudaki, le Jardin public, la Bibliothèque de Firdousi, le Théâtre de l'Opéra et de ballet d’Ayni, le salon du thé "Rokhat", le Monument Roudaki, le musée historique et le monument de Sadriddin Ayni. Le musée de l'Ethnographie est la vraie "devanture" des arts de Tadjikistan impressionants par l'exposition de la poterie, des tapis, des bijoux et des instruments de musique de toutes les époques historiques du Tadjikistan. Un grand marché couvert Barakat est le centre de l'activité d'affaires de la capitale, le marché typique oriental avec tous les attributs inhérents dans un tel cas.

La place de Sadriddin Ayni.

Le monument de l'écrivain Sadriddin Ayni se trouve sur cette place et il est ouvert en 1978, quand tout le pays célébraient 100 anniversaire. Autour de la statue de Sadriddin Ayni on peut voir les sculptures de tous les personnages de ses oeuvres. Le musée Républicain historique et régional, ainsi que le musée des arts plastiques du nom Бехзада se trouvent près de la place de Sadriddin Ayni , où se trouve la collection des trouvailles archéologiques et où on peut faire connaissance avec les travaux des peintres modernes Tadjiks.

La place par de 800 anniversaire de Moscou.

La place par de 800 anniversaire de Moscou est une des plus belles places de la ville,qui est entouré des arbres du lilas indien. Au centre de la place il y a une grande fontaine, c’est la place aimée du repos des étudiants et de la bohème artistique : des peintres, des musiciens, des acteurs.

La place Dousti ( Amitié).

La place Dousti est la plus grande et élégante place de Douchanbé. Au centre de la place il y a un monument d’Ismaïl Samani et encore il y a un musée construit en l'honneur de l'anniversaire de 1100 ans de l'État de Samanides. Il y a ici une Maison du gouvernement du Tadjikistan.

La bibliothèque républicaine de Firdousi.

Le bâtiment de la bibliothèque est construit dans le style traditionnel Tadjik, en combinaison des éléments de l'architecture moderne. Dans le bâtiment de la bibliothèque se trouve deux millions de livres en plusieurs langues du monde. La trésorerie originale est la collection des livres des peuples de l’Ancien Orient, deux milles de manuscrits de Roudaki, de Firdavsi, d’Avicenne, de Saadi. Le théâtre dramatique Russe d'État du nom de Majakovskiy, le théâtre Tadjik académique du drame d'État de de Lakhouti se sont disposés au centre de la capitale à droite de l'avenue de Roudaki , le théâtre Tadjik académique du drame d'État de de Lakhouti c’est un premier théâtre républicain, qui était ouvert en octobre 1929. En 1939 on a conféré au théâtre la garde de l'académique. Le musée Républicain historique et régional des arts plastiques de Bekhzode et le Musée de l'ethnographie avec l'exposition de la poterie, des tapis, des bijoux et des instruments de musique de toutes les époques historiques du Tadjikistan se situent sur la place d’Ayni.

Les places du repos.

Le salon de thé «Rokhat» - la place préférée des touristes étrangers, est disposée au centre de la ville. Le salon de thé est décoré dans le style national : le modelage d'art de plâtre, la peinture des murs et les plafonds. Ici on peut goûter un très grand choix des plats nationaux. C’est en quellque sorte un variante orientale du club occidental. Plusieurs des étrangers sont assis aux tables pendant plusieurs heures, en buvant le thé odorant vert.

Le parc près du lac de Komsomol.

Le bassin artificiel encadré par le parc vert porte le nom du lac de Komsomol. C’est la place aimée du repos des citadins au cours de la chaleur torride d'été. Le lac de Komsomol se nourrit de la rivière de Doushanbinka et entre dans la cascade des lacs, comme le collier de perles encadrant le lit de la rivière. Dans la limite de Douchanbé, à la hauteur de 880 mètres au-dessus du niveau de la mer il y a un jardin central des plantes de l'Académie des Sciences du Tadjikistan, dont la collection unique compte plus de 4500 espèces végétales de tout le monde. Dans 9 km de la ville il y a un Jardin des plantes de l'Université Tadjike d'État Nationale. La place populaire du repos des citoyens et des visiteurs Douchanbé est un petit restaurant dans le bourg Varzob, le faubourg de la capitale. Ici on peut goûter seulement la truite chaude de la poêle à frire et le champagne refroidi dans l'eau de montagnes. Son originalité est dans la disposition direct sur la terrasse ouverte entre deux sommets de montagnes.

La chute d'eau Gouzgarf.

La chute d'eau de 30 mètres Gouzgarf se trouve non loin de Douchanbé, dans la gorge droite latérale de la rivière de Varzob. C’est une des plus belles chutes d'eau de l'échine de Gissar.