Sourkhandarya

Sourkhandarya est le plus ancient centre culturel de l’Ouzbékistan avec une histoire unique et originale. Dans le cadre des empires qui ont été parmi les plus élevés des cultures développées en Asie, Gréco – Bactriane et Kouchane, et situé le long d'un carrefour du monde commercial le plus important, Boysun en Surkhandarya poursuit son développement par les traces de ses ancêtres, que maintient des monuments uniques de la culture matérielle et spirituelle qu'ils appellent leur propre. La région de Boysun aujourd'hui est une réserve de l'art populaire dont les branches, les rites anciens, sont soigneusement protégées de manière originale. Après l’Indépendance, l'Ouzbékistan a généré l'impulsion particulière pour renforcer la culture populaire traditionnelle. Le gouvernement de l'Ouzbékistan a déclaré que l'identification des valeurs nationales est une tâche prioritaire pour le développement culturel. Cet acte par la suite a attiré l'attention du monde sur des régions uniques du pays. Dans plsieurs régions le patrimoine des ancêtres est encore en vie. La communauté internationale a pleinement apprécié le sens et l'importance de la culture traditionnelle de Sourkhandarya – en Mars 2001, l'UNESCO a proclamé l'espace culturel de Boysun comme un chef-d'œuvre du patrimoine oral et immatériel de l'humanité. L'intérêt de cette région unique a été de nouveau prouvé par le fait que, le 23 au 27 mai 2002 dans la ville de Boysun, le premier festival de folklore"Boysun Bakhori" a eu lieu.

C’est un festival de la paix, de l'amitié, des sciences humaines et de la coopération. La conceptualisation scientifique d'un tel processus dans le contexte d'une culture moderne traditionnelle a une très grande importance. Par conséquent, l'an dernier le programme du festival comprenait une Conférence scientifique internationale avec des participants universitaires de la France, de Japon, de la Corée, de la Turquie, de la Russie, de Kirghizistan, de Kazakhstan, de Tadjikistan et de l'Ouzbékistan. Dans quatre forums, tes sujets comme "Vacances Folk et Rites», «Epos et Art poétique orale", "Musique et Instruments de Musique", "Artisanat traditionnel et folklorique de tous les jours de la culture» ont été discutés par les spécialistes. Les fondateurs de Boysun Bahori ont l'espoir que le festival sera une chronique régulière dans le calendrier annuel de la région.