Taraditions de la Kirgizstan: Coutumes

Coutumes du Calendrier: Kirgizstan

Dans les coutumes et les rites rapporté à une époque aux dates définies de calendrier il y a des stratifications des différentes époques , des plus archaïque à nouveau temps. Dans l'aspect résiduel dans nombre des rites jusqu'à 20 siècles se sont gardées les lignes des cultes les plus anciens liée au respect des éléments naturels, au règne animal, aux ancêtres. Tout cela se soumettait à une fonction - assurer la prospérité de la famille, la génération, garder les descendants et augmenter le bétail. Ils portaient le caractère magique animiste. Le caractère national avait la coutume de la rencontre par un printemps du Nouvel an "Navrouz" qui on fête la troisième décade du mois de mars au jour de l'équinoxe vernal - le 21 mars; à la veille de ce jour la femme les jours faisaient cuire le plat rituel : la bouillie liquide des grains germant du blé avec le supplément du lait et une petite quantité de viande la "soumalak". Au jour de l'arrivée du Nouvel an tous les habitants s'habillaient en nouveaux vêtements, félicitaient l'un l'autre, allumaient les feux, les hommes et les enfants sautaient, trouvaient que le feu a la force nettoyant et assainissant. La coutume "norouzdama" remontait génétiquement vers zoroastrisme et était étroitement lié au temps du printemps, à l'idée de la nature renaissant. Par ailleurs il y avait une série des coutumes remontant au païen. C'est le rite de la victime de remerciement à la divinité la Terre-eau.

Le plus souvent ce rite faisaient deux fois par an : au printemps, quand il y avait une verdure dans les montagnes et commençait la mise bas des brebis; et en automne tardif, aux jours du déplacement des pâturages sur les campements d'hiver, quand on se préparait pour l'hiver. On coupait les animaux sacrificatoires, on préparait le plat rituel. Tous les membres de la famille, les communautés prenaient part à ce rite. Pendant la sécheresse ou l'inondation cela arrangeait aussi les sacrifices collectifs et individuels avec les demandes expiatrices ou les bénédictions. Certaines coutumes, les rites des Kirghiz sont apparues et ont reçu le développement dans la période antéislamique de l'histoire du peuple kirghiz. Avec l'acceptation par les Kirghiz de l'Islam dans les coutumes et les rites il y avait des changements considérables, qui ont reçu dans certains cas le développement de nouvelles coutumes.