La cuisine du Kazakhstan

La base de la cuisine kazakhe est faite depuis longtemps par les produits de l'élevage ce sont la viande et le lait. Parmi les produits de boucherie prédomine le mouton comme en toute Asie Centrale . D'autres aspects de la viande sont aussi consommés: le boeuf, la viande de chèvre, de cheval, de l'oiseau, de gibier. De tout temps l'art culinaire kazakhe se distinguait par la technologie originale. La particularité du régime de vie du peuple kazakhe a laissé l'empreinte sur les moyens de la préparation de la nourriture. Dans la cuisine traditionnelle kazakhe la préférence se donnait toujours à la cuisson. Notamment ce procès permet de recevoir les nuances gustatives molles et tendres de la viande et lui donne la succulence et le parfum.Le plat le plus répandu de viande est bechbarmak le mouton et les morceaux de test déroulé cuits dans le bouillon. Le nom du plat « bechbarmak » signifie « cinq doigts ». Le plat est appelé ainsi parce qu'il faut le manger par les mains. Il est répandu non seulement au Kazakhstan, mais aussi dans autres républiques d'Asie Centrale. On met un grand plat avec bechbarmak au milieu de la table, la nourriture exhale l’odeur exceptionnel. La viande est considérée comme l'ornement de chaque table et le plus préféré plat chez les Kazakhs. Le maître coupait la viande en offrant à chaque visiteur les meilleurs morceaux : les os et la jambe rendait aux vieillards honorables, la vertèbre cervicale aux jeunes filles etc. Le maître présentait au plus honorable visiteur la tête du mouton préparé par le moyen spécial. Le visiteur devait diviser la tête entre les gens présents en respectant le rite défini dans lequel se faisait sentir une ancienne coutume de la relation valable aux visiteurs, aux vieillards, aux enfants, aux proches et aux parents éloignés.

En premier lieu on donne au visiteur le koumis, choubat ou ayran puis du thé avec du lait ou de la crème, le raisin sec. Puis on offre les hors-d'oevres de la viande de cheval ou du mouton – kazi. Sur n'importe quelle table il y avait des galettes de la farine du froment.

À la fin du repas on donne du koumis ou du thé. En été presque dans chaque famille on prépare ayran c’est le lait caillé dilué avec l'eau. On le boit comme le rafraîchissement . De ayran on fait aussi kourt et primchik. Kourt est le fromage blanc roulé à des boules et séché au soleil ; primchik est le fromage blanc gras sablé. La boisson préférée des Kazakhs est le koumis. C'est le lait de jument qu’on fait fermenter connu par ses traits médicales. Beaucoup les Kazakhs aiment le thé fort qu’on boit à n'importe quel temps du jour.

Les Kazakhs sont de grands maîtres de stocker la viande . Une grande place était conduite au stockage et la conservation des produits à longue durée. On stocke la viande par de divers moyens ce sont le séchage au soleil, la salaison, le fumage. De la viande de cheval on fait de bons les saucissons demi-fumés - kazi. De nos jours la tablée a changé en plusieurs cas mais la table n'a pas perdu d'anciennes lois de l'hospitalité. La cuisine moderne kazakhe comprend non seulement les plats traditionnels kazakhes, mais aussi les plats aimés des cuisines ouzbek, russe, tatar, coréen et d'autres. C'est pourquoi dans l'art culinaire moderne kazakhe il est facile de remarquer les petits traits internationaux.

Le pain était cuit le plus souvent en forme des galettes.Les ustensiles anciens de vaisselle se faisaient des peaux, de l'arbre. Le thé faisaient bouillir dans les carafes de fonte et plus tard - dans les samovars.