Curiosités de Tbilissi, Géorgie

Curiosités de Tbilissi

Tbilisi, Georgia
Tbilissi, Géorgie

CuriositésTbilisi, Géorgie

LE CENTRE HISTORIQUE «UNE VIEILLE VILLE»
Le centre historique de Tbilissi ,«une Vieille ville», se trouve près au pied de la montagne de Mtatsminda. C’est en effet la partie ancienne de la ville qui a gardé la pavée brique de la ruelle étroite,sauvant cela en haut, en bas, d’où on peut voir les ruines des constructions médiévales: les forteresses de Narikala, le temple Metekhi (1278-1293), d'anciens temples «Norachen», la "Djarvis-mama", «Betlemi», «Metekhi», le palais de l'impératrice Daridjan «Sachino». L'âge de ces constructions compte déjà 3-4 siècles. Presque tous les bâtiments au centre historique de la ville représentent les monuments historiques ou culturelles. La vie bout toujours ici: les touristes errent par de grands groupes ou un à un, les peintres exposent les tableaux, et les artisans proposent de nombreux souvenirs. Au centre d'un vieux Tbilissi il y a aussi une église Arménienne Apostolique, la Synagogue et la mosquée musulmane.

Msatminda
Au centre de la ville, en travers la principale avenue de Tbilissi Roustavi domine la montagne Sacrée , Msatminda, ou la montagne de David appelée si en l'honneur de l'apôtre sacré de David, vivant avec l'ermite dans la caverne sur sa pente. Un beau panorama s'ouvre de la montagne sur tout le Tbilissi, qui semble placé sur les paumes. Sur un large plateau de montagnes on dispose le plongeoir de télévision (276), un étonnamment beau bâtiment de la station supérieure du funiculaire, une petite église de Sacré David (XIX siècle) et un petit cimetière - le Panthéon des hommes éminents de la Géorgie. Ici sont enterrés le poète russe Groboedov, sa femme Nina Chavchavadze, Ilya Chavchavadze, les poètes Nikoloz Baratachvili, Akakiy Tseretelli, l'artiste du peuple Sergo Zakariadze etc. Sur la montagne Sacrée on aussi dispose la plus ancienne forteresse de Tbilissi - «Narikala» .

La forteresse Narikala
La montagne sacrée de Mtsatminda garde jusqu' à nos jours les fragments de l'ancienne forteresse Narikala. C'est le plus connu et antique monument des antiquités de Tbilissi, les citadins l'appellent «l'âme et le coeur de la ville». Comme la date de la construction de la forteresse on appelle approximativement le IV siècle. Par la suite la forteresse s'élargissait plusieurs fois et la construction était achevée. La citadelle dans l'aspect actuel manifeste le modèle vif notamment de la fortification arabe. Aux XI - XII siècles la forteresse était prise par les mongoles. À propos, le nom initial de la forteresse- Churis-Tsikhe («la Forteresse enviable»). Mais dès le temps de l'invasion mongole la forteresse a commencé à être appelée «Narin Kala» (de turc «Narin»- “petit" et "Kala" - la "forteresse"). Les sources affirment que Narikala, trouvant sur la Grande Route de la Soie, était le plus affermi et inabordable dans le système de fortification de Tbilissi.
En 1827 la forteresse était détruite par le tremblement de terre et depuis ce temps-là la citadelle ne se rétablissait pas entièrement. Mais les tours en pierre de Narikala gardées jusqu' à nos jours restent toujours les témoins silencieux de l'histoire de l'ancienne ville. Sur le territoire de la forteresse il y a aussi un temple de Sacré Nikolas daté de XII siècle. Le temple était reconstruit en 1996 dans les traditions de la forteresse l'entourante. La partie intérieure est ornée des fresques représentant les scènes bibliques, ainsi que l'histoire de la Géorgie.

Le temple Metekhi

Le temple Metekhi (XII siècle), trouvant au bord da la rive pierreux de Koura est le monument pas moins connu des antiquités de Tbilissi. Le temple Metekhi est l’ancienne forteresse et la résidence des rois géorgiens. Sous les corps du temple Metekhi on a enterré la première martyre géorgienne- l'impératrice Chuchanike Ransky, tué par le mari-pyrolâtre au V siècle. Dans les sources historiques Metekhi est mentionné dès XIII siècle. Le temple tombait en ruines à la longueur des siècles, se rétablissait plus qu’une fois et de nouveau. Le plus possible il a souffert de l'invasion mongole. Il y avait à l'instant même sa plus première restauration. Au XV siècle Le temple Metekhi était détruit de nouveau, cette fois par les Perses. Aux XVI - XVII siècles les rois géorgiens reconstruisaient le temple Metekhi. Puis on le restaurait au milieu de XIX siècle, alors les renforcements autour du temple étaient étudiés, mais à leur place on a construit la prison. Aujourd'hui au regard des touristes apparaît la petite, mais une haute structure en brique du plan carré, au centre de laquelle s'élève la tourelle ronde avec le toit pointu. C’est tout qu'il y avait d'une ancienne forteresse, où le château un couvent et le temple entraientdans l’ensemble de ce temple.Devant le temple il y a un monument moderne, c’est la statue de bronze de cheval de fondateur de la ville de Vakhtanga Gorgasali.

La cathédrale de Sion
Sioni ou la cathédrale de Sion au nom de Notre Dame , est un des plus connus monuments dans la vieille partie de la ville. Le début de sa construction se rapporte vers les V - VI siècles, mais la fin se rapporte vers la première moitié de VII siècle. La Cathédrale est appelée en l'honneur de Sion de Jérusalem.
Aujourd'hui Sioni est la Cathédrale, la résidence du Catholikos - le Patriarche de l'église géorgienne chrétienne. La plus grande chose sacrée de la Géorgie se trouve ici , c’est la croix Sacré de Nino, affirmant le christianisme sur la terre géorgienne. La croix est faite de deux ceps et il est entrelacé, selon la légende, par les cheveux personnels de la sacrée. Sioni tombait en ruines plusieurs fois par les ennemis. Mais chaque fois la cathédrale de Sion insurgeait des cendres. Malgré un haut statut du temple, il a l'air assez modestement et avec discrétion. Mais son style architectural rappelle plutôt les constructions sévères catholiques du culte religieux, où quelques éléments du décor manquent. Le seul ornement de la cathédrale est une haute tour avec le dôme pointu de tente, dominant sur la partie centrale de Sioni. Le dôme se trouve sur les corps fermant les murs d’autel et deux colonnes éloignées d'eux, dont les formes rappellent les flèches.

L'église Anchiskhat
La plus ancienne église en pierre de Sacrée Maria construite au temps de l'héritier de Vakhtang Gorgasali, Dachi Oudjameli au VI siècle s'est gardée dans une la vieille partie de la ville. Le plus beau bâtiment rectangulaire de l'église est construit sous l'influence d'une ancienne architecture palestinienne. Les portes de l'église Anchiskhat sont ornées de la croix traditionnelle géorgienne, qu'a fait la Sacrée Nino. Sur la façade occidentale du temple de la pierre on a taillé le médaillon avec la croix, qui s'est gardée de la partie la plus précoce de la structure. Les parties supérieures et les arcs sont reconstruites aux XVII-XIX siècles, le nom actuel l'église a reçu au XVII siècle, quand on a transféré ici une grande icône de la cathédrale Anchiy (la Géorgie du sud). L'icône de l’icône du Christ acheiropoiète est un des plus grand choses sacrées de la Géorgie. L’icône du Christ acheiropoiète est accomplie dans la technique de l'encaustique (la peinture par les peintures chaudes de cire), qui est apparue au Byzance pas plus tôt qu’au VI siècle. L'icône du Sauveur de Anchi est devenue largement connu encore au XII siècle, quand le courtisan de l’impératrice de Tamare Beka Opizari a fait pour elle le salaire en argent avec les insertions d'or. Au XVII siècle les propriétaires privés ont remis l'icône de l'église de Marie sacrée à Tbilissi. Ici l'icône du Sauveur se trouvait plus de 200 ans. À la fin de XIX siècle selon les considérations de la sécurité elle était placée au musée d'église. Aujourd'hui l'icône d’Anchiy (de manière géorgien «Anchiskhati») se trouve dans l'exposition du Musée des arts de la Géorgie.

Les bains sulfuriques de Tbilissi.
De célèbres bains sulfuriques de Tbilissi se trouvent dans une vieille partie de la ville. Ils sont appelés encore comme les bains du roi Rostoma. Ils se trouvent dans la rue Grichachvili, à côté du quai de Koura. L'apparition des bains, absolument, était favorisée par l'abondance dans ces bords des sources chaudes sulfuriques. La date de la construction de tous les bains est la différente. Approximativement ce sont les XVII - XIX siècles. Le plus vieux bain est le bain d’Irakliy, au XVI siècle les membres de la famille royale et les princes géorgiens discutaient de la possession de ce bain. Le plus beau de ces bains est le bain d’Orbelian. De deux côtés elle est ornée des minarets, mais la façade ogivale est remise à neuf par les carreaux bleus clair. Plusieurs l'appellent le bains Bleu clair. Au-dedans le bains est très propre et beau, les murs sont décorés de la mosaïque de la dalle verte et de la céramique blanche. Les bains Bebut, Administratif et Sumbatov, Zubalov agissent aussi. Tous les bains de Tbilissi sont appelés par les noms de leurs anciens propriétaires. Au temps jadis les gens non seulement se lavaient ici, mais aussi ils communiquaient, restaient longtemps assis jusqu'à l'aube, et les marieuses de la ville arrangeaient les premières visites aux jours spéciaux. Dans les bains on donnait les déjeuners, on concluait les actes de commerce. Les bains sont bâtis à la façon de l'architecture classique orientale. Ce sont les bâtiments bas, trappus, au dessus ils sont fermés par les dômes demi-circulaires avec de grands orifices en verre au centre, les fenêtres servant éclairant les locaux intérieurs, puisque les bains eux-mêmes se trouvent au plus bas niveau de la terre. Les bains de Tbilissi tombaient en ruines et se rétablissaient beaucoup de fois. Avec de petits changements architecturaux de XIX siècle ces bains se sont gardés et jusqu'à présent. Aujourd'hui les bains de Tbilissi sulfuriques sont très populaires non seulement après des touristes, mais aussi parmi les habitants du lieu, comme les bains donnants l'effet effectif médical. À l'intérieur des bains il y a des cabinets séparés avec une petite piscine remplie par l'eau sulfhydrique. Tu resteras assis dans une telle eau et toute la maladie comme disparera comme par enchantement. Mais après le massage spécial tu te sentiras en général comme le né de nouveau.

La cathédrale «Sameba»
Le plus grandiose temple de la Géorgie - la Cathédrale Sameba (dans la traduction «la Trinité Sacrée») se pavane au centre de Tbilissi. Selon le caractère monumental et la grandeur on le compare au temple de Christ Saveur à Moscou. La cathédrale peut contenir simultanément 15 000 personnes. La hauteur atteint 78 mètres, de sorte que le temple est parfaitement visible de n'importe quel point de la ville. Sameba frappe par la beauté et par la grandeur de l'architecture grandiose, de la magnificence du style et du décor extérieur. Le bâtiment du temple de pierre blanche , comme les galeries gigantesques, se lève vers le dôme immense d'or. Mais la nuit dans les feux de la surbrillance la cathédrale apparaît dans tout l'éclat de la magnificence. Sameba est une des quelques modernes églises en Géorgie. Son ouverture avait lieu en 2004. La Cathédrale Sameba est appelé par les Géorgiens comme «Le bâtiment du siècle». Le temple est construit sur les dons de bienfaisance des citoyens de la Géorgie.

L'avenue Roustavelli
C'est la rue centrale de la ville appelée en l'honneur du poète célèbre de la Géorgie – Chota Roustavelli (dès 1918). Roustavelli est une principale artère de la ville, selon qui coule la vie de la ville. La construction de l'avenue a commencé encore au XIX siècle pendant le gouvernement général du prince de Vorontsov. L'étendue de l'avenue est près de 1,5 kilomètres. Ses points d'arrivée sont la place de la Liberté et la place Roustavelli avec le monument du poète. En avenue il y a une multitude de cafés, des restaurants, des magasins de souvenirs, des boutiques, des galeries, des théâtres et des hôtels.

Le musée national de la Géorgie
Le bâtiment vaste sévère avec discrétion est stylisé sous l'architecture georgienne antique. Plus tôt le musée Caucasien s'installait ici existant dès 1825. Le musée représente le dépôt unique des objets de la culture caucasienne. La perle du musée est la Réserve d'or , ce sont les documents des fouilles sur le tumulus Trialeti (II siècle avant J.-C.). Les récipients d'or et en argent, la céramique ici sont entrés. La coupe d'or ornée des pierres précieuses et le dessin géométrique a reçu la célébrité dans le monde entier. Dans la collection du musée il y a les bijouteries des V-IV siècles avant J.-C., les collections des pièces et de l'arme des pays du Proche-Orient, le produit des artisans du tissu, les tapis, les vêtements, la gravure sur bois magnifique.

Le musée des arts de la Géorgie
Le bâtiment massif avec le portique et la colonnade s'est installé non loin de la place de la Liberté dans le square pittoresque. Auparavant s'y plaçait le séminaire de Tiflisse, mais à présent le Musée des arts de la Géorgie s'installe ici.

Le temple de Sacré Géorge (Kachoueti)
Le temple de Sacré Géorge est construit en 1910 et représente la copie du chef-d'oeuvre de l'architecture géorgienne médiévale de l'église Samtavisi (XI siècle). Encore jusqu'à moderne Kachoueti il y avait ici une église de Sacré Géorge construite par le prince Givi Amilakhvari en 1742 aussi appelant Kachoueti. Mais jusqu'à elle il y avait ici une église encore plus ancienne (VI siècle) et aussi avec le même nom. Une telle succession un explique la légende ancienne de Tbilissi: à la place du temple la jeune femme qui a calomnié l'ermite de David vivant sur la montagne de Mtsatminde Sacrée. L'apôtre fâché a souhaité dans un moment de colère à la femme «faire naître la pierre» (de manière géorgien «Kva Chvi»). Le temple est célèbre par la peinture virtuose de l'autel. Ainsi que les dentelles sculptées en pierre l'ornant et de belles fresques.

Le lac de tortue
Le lac pittoresque est une place aimée du repos des habitants et des visiteurs de la villede Tbilissi. La place est appelé ainsi à cause de l'abondance des tortues autrefois vivants à ces places. Le lac est disposé dans trois kilomètres de Tbilissi à la hauteur près de 800 m, et le lac est entouré de tous les côtés du bois. On peut se lever ici par le téléphérique, en admirant de la hauteur le panorama magnifique de Tbilissi du vol d'oiseau. Le lac est nourri par les ruisseaux de montagnes, c'est pourquoi l'eau dans ce lac est toujours transparente. Autour du lac il y une propre plage de galet. Sur la plage il y a tout le nécessaire au repos - les parapluies, les transatlantiques, les tables. Le long toute la plage les cafés confortables d'été et les bars sont dispersés. Pour les hôtes avec les enfants il y a les terrains de jeux pour enfants.