Cuisine de la Chine

L’art culinaire de la Chine a commence son développement avec la naissance de la civilisation chinoise. Les Chinois ont créé un moyen excellent de la cuisine il y a déjà plus de 3000 ans. Les découvertes archéologiques (pots en bronze, des couteaux, des planches de cuisine, pelles, seaux, etc) dans la ville de Anyang, dans la province du Henan témoignent de ce fait. Il y a environ 1500 ans qu’on a écrit le premier livre de cuisine chinoise.

En général, chaque recette cuisine chinoise réussie est un petit chef-d'oeuvre. Il faut beaucoup d'imagination et de patience pour exécuter correctement une quelconque recette cuisine chinoise. La cuisine chinoise est une des plus réputées au monde. Elle se repartit traditionnellement en quatre familles : cuisine du Dongbei, cuisine shanghaienne, cuisine sichuanaise et cuisine cantonaise. La cuisine chinoise est liée à la société, à la philosophie et à la médecine. Elle distingue le cai, légumes cuisinés et par extensions tout ce qui accompagne les céréales, le fan. Aujourd'hui, la cuisine chinoise a des millions de fans à travers le monde.

Le thé est la boisson la plus bue. Il est consommé pour ses vertus digestives et décongestionnantes. La bière et de l'alcool blanc sont des boissons plutôt festives, réservées aux grands événements. Néanmoins, lors d'un repas ordinaire chez soi, aucune boisson n'est en général proposée et l'on se désaltère avec une soupe ou une bouillie de riz. De nos jours, le vin rouge est de plus en plus présent dans les restaurants.

La formation d'une cuisine étant influencée par la géographie, les conditions climatiques et la disponibilité des ressources, les huit grandes cuisines régionales sont souvent regroupées en quatre grandes familles par l’emplacement géographique et les conditions climatiques: les trois régions côtières du Nord-Est , du Sud-Est , et du Sud , et la région intérieure du Sud-Ouest . De plus, les premières trois de ces grandes familles sont parfois associées à la ville dominante : Beijing, Shanghai et Guangzhou. Il est dit que « le sud est sucré, le nord est salé, l’est est aigre et l’ouest est épicé ».

Les habitants du Nord-Est ont la réputation d'aimer les arômes forts comme celui de l'ail, du vinaigre et de la sauce soja. La cuisine est riche et généreuse. Il y a une présence dominante du blé (galettes, petits pains, raviolis, etc.). La viande de mouton est associée à l'ail et à un vinaigre balsamique.
La cuisine régionale du Sud, très répandue mondialement, est complexe et riche, sans goût dominant; seule la fraîcheur prime. Tous les parfums y sont mariés. La cuisson à la vapeur est à l'honneur. Presque tous les animaux ont leur place dans l'assiette: serpent, singe, souris, etc., bien que les plats végétariens soient également très présents.
Dans le Sud-Est et au Centre, les légumes (pousses de bambou, germes de soja, racines de lotus, etc.), les poissons et les crustacés d'eau douce sont particulièrement appréciés. Les plats au goût parfumé, frais et léger, sont agrémentés de gingembre, du vinaigre et de vin de riz.
Les habitants du Sud-Ouest, Centre aiment leur nourriture épicée et pimentée (piment rouge et poivre de Sichuan). La consommation de ces aromates épicés permet de supporter le froid et l'humidité de cette région. La viande consommée est principalement le bœuf. Les harmonies gustatives sont souvent baptisées de noms évocateurs : goût étrange, goût familial, goût pimenté-parfumé.
Les habitants du Nord-Ouest sous influence musulmane évitent le porc et ont une grande consommation de l'agneau, accompagné de cumin et de piments, de nombreuses galettes de blé, nouilles de blés y sont consommés.
L'Ouest est principalement constitué du plateau du Tibet et de l'Himalaya, la steppe et le climat y sont rudes, il y a très peu de végétation, la viande de Yak et son beurre y sont les principaux aliments.