Histoire de Bakou: Azerbaïdjan, Asie Centrale

Histoire de Bakou

Baku, Azerbaijan
L'histoire de Bakou part à la haute antiquité, bien que la date exacte de son apparition ne soit pas connue jusqu'ici. L'origine exacte du nom de la ville de Bakou est inconnue. Selon les points de vue populaires, le nom de Bakou est traduit comme "la place, où frappe le vent". L'interprétation semblable se rapporte vers le temps tardif et appartient à la mythologie nationale. L'origine du nom de Bagkkoukh du Moyen Age "la Montagne du dieu" est plus probable. Dans ce cas on peut le comparer avec le nom iranien Bagdad ("donné par le Dieu ").

Le territoire de la péninsule d’Apcheron, où se trouve la ville de Bakou, a la position géographique avantageuse , le climat chaud et sec, le sol fertile, les minéraux naturels, c'est pourquoi l'apparition des anciens établissements est tout à fait régulière ici. Au sud-ouest de Bakou moderne , près de la mer Caspienne il y a une région de Gobustan. Les dessins rupestres à Gobustan c’est le monument de l'héritage Universel de l'UNESCO. La péninsule Apcheron était peuplée encore dans le paléolithe. On a découvert les dessins rupestres dans 70 km vers le sud de Bakou, à Gobustan, et encorу on a découvert les traces de l'observatoire préhistorique astronomique dans 25 km vers le nord de Bakou, à Nardaran. Le nom du village de Ramana ou Roman dans les alentours de Bakou parle probablement du séjour des troupes romaines à Apcheron au I siècle. Le plus ancien passé du Bakou moderne à l'époque historique est inconnu. Bakou est «la terre brûlante» déjà était connu depuis des temps immémoriaux loin après ses limites. Dans les sources écrites du moyen âge concernant Bakou, on a mentionné "les feux éternels" trouvant aux alentours. L'historien arabe est Al-Balazuri annonce en 754 du pétrole et du sel de Chirvan. Au milieu de VIII siècle avant J.-C. la région est devenue l'objet des discussions entre l’Etat des Assiriens et l’Etat d’Ourartou. En 616 avant J.-C. les manneïs étaient détruits par les médiens et le territoire de sud-ouest de la mer Caspienne a fait partie de l'empire Médique. Dans la deuxième moitié de VI s. avant J.-C. la Médée était gagnée par les Perses et le territoire de l'Azerbaïdjan a fait partie de la puissance des Akhemenides.
br/>
Tours to Baku
Bakou se trouvait sur le carrefour des voies commerciales de et était toujours l'objet de l'attention les envahisseurs étrangers luttant pour l'influence dans la région. Les marchands slaves , byzantins, chinois, irakiens, syriens, kenyans, vénitiens, iraniens et indiens venaient à Bakou. Dans la deuxième moitié de IX siècle l'affaiblissement du califat d’Abbasse et le renforcement de la tendance d'éloignement du pouvoir central dans les pays soumis au Califat a amené à la création de la série d'États indépendants.Un de tels États était l'État de Chirvanchakhes. Bakou medieval s'est transformé en une des villes principales de Chirvan. La ville a commencé son développement authentique dès le XI siècle, quand l'État de Chirvanchakhes était au centre des événements de cette région. Justement à ce moment pour la première fois Bakou a commencé à être entouré par les remparts. L'inscription en pierre trouvé pendant la restauration des murs témoigne de ce fait, cette inscription annonce que les murssont construit aux temps de chirvanchakhe Manouchekhre II (1120-1160). L'État de Chirvanchakhes a reçu le développement suivant pendant le gouvernement du fils de Manuuchekhre II , Akhsitane I-er. Une puissante flotte était fondé dans le port de Bakou. Ainsi en 1175 Akhsitane I-er a réussit à repousser l'attaque des Russes qui attaquaient les alentours de Bakou sur 73 vesseaux. En 1191 Akhsitane I-er a transféré la résidence de Chemakhi à Bakou. Bakou est devenu pour la première fois une principale ville de Chirvanchakhes. Plusieurs châteaux, minarets, médersas et les tours, les caravans sérails et les bains, les mosquées et les maisons d'habitation sont construits à ces temps. La mosquée de Moukhammed est la plus ancienne des ces constructions gardées jusqu'à nos jours , elle est érigée dans la forteresse de Bakou en 1078-1079. Les tours et les châteaux prennent la place spéciale parmi les constructions de cette période, ils servaient comme rempart sûr pour les seigneurs féodals dans la lutte intestine, et aussi comme la place du refuge et de la protection pendant les attaques. Une grande attention était donnée au renforcement des remparts et à la forteresse de Bakou. On a construit la forteresse le château de Sabailov , dans la baie de Bakou en 1232-1235 pour la protection de Bakou du côté de la mer, à présent elle est resté sous l'eau. Au XIII siècle tout le pays s'est trouvé sous le joug mongol.

La ville était impitoyablement détruite et pillée «à la punition» pour la résistance. La production du pétrole et le commerce sont tombée en décadence. Les régents locaux tentaient de ramener à la vie la ville. Le décret du sultan Moukhammed Oldjaytaou (1304-1316), taillé au mur de la Djouma-mosquée dans une vieille forteresse témoigne de cet événement. Certains impôts étaient liquidés par le décret pour stimuler le commerce et restaurer l'économie. Au début de XIV siècle le commerce maritime s'est ranimé de nouveau. Les navires des marchands italiens de Gênes et de Venise arrivaient vers le port de Bakou. On exportait de Bakou le pétrole, les tapis et d'autres marchandises. Dans la deuxième moitié de XIV siècle souvent on appelaient la mer Caspienne comme la mer de Bakou en raison du rôle augmentant économique et politique de Bakou. Les monuments architecturaux gardés dans la forteresse de Bakou sont les caravans sérails de Boukhara (XIV siècle), le caravan sérail de Moultani (XV siècle) et les autres que témoigne de larges liens de Bakou avec l'Asie centrale et l'Inde. À cette époque on a construit l'ensemble du palais de Chirvanchakhes, c’est le plus grand monument des branches de l'architecture azerbaïdjanaise des chirnanchkhes et d’apcheron. Le commerce, l'art et le métier se développaient. En 1501 le chakh Ismail Khatai de la dynastie des Sefevides a envahi à Chirvan et a assiégé Bakou. La ville était entourée à cette époque par de puissants murs, qui se protégeaient d'une part par mer, mais du côté de la terre étaient protégés par un large fossé. Les habitants assiégé luttaient courageusement, en comptant sur l'inaccessibilité des renforcements. La femme de Gazi-bek dirigeait la défense de Bakou à la cause de l'absence du régent de la ville. Elle a ordonné d'exécuter les messagers de chah Ismaïl. Les habitants de Bakou se sont tenus encore trois jours, mais puis la défense de la forteresse était envahis par les troupes des Sefevides, qui ont exterminé beaucoup d'habitants. Beaucoup d’or et de bijou était emporté du trésor pris des Chirvanchakhes. En 1538 le régent des Sefevides le chakh Takhmasib a mis fin au conseil de l'administration des Chirvanchakhes et a adjoint tout Chirvan, y compris Bakou, à la composition de l'État de Sefevides.
Conformément aux traditions de l'urbanisme au Moyen-Orient, Bakou comprend 3 parties: la partie disposée à l'intérieur de la ville de la forteresse, la ville Intérieure qui s’appaelle chakhristan, et la ville Extérieure (rabat). "Icheri chakhar" est le chakhristan de l’ ancien Bakou, qui est gardé jusqu'à nos jours. Il était construit sur la pente du sud-est de la haute colline dans la baie, dont la forme a permis à Bakou de devenir un des ports principaux sur la mer Caspienne. 14 mosquées érigées de X jusqu’au XIX siècle se sont gardées sur le territoire de la vieille partie de la ville: la mosquée de Moukhammed (1078), la mosquée Synyggala (1078), la mosquée Djouma (1899) avec le minaret de XV siècle, la mosquée de Sayfoulle (XIV siècle), etc.

Les plus intéressants monuments sont concentrés dans la vieille partie de la ville – dans la forteresse. Dans la vieille partie de la ville on peut voir de nombreux monuments appartenant vers de différentes époques, les religions et les cultures. Le minaret de la mosquée de Moukhammed s'est gardée dans la forteresse, la mosquée de Moukhammed est connu comme Synyk-Kala («la tour détruite»), qui est érigée par l'architecte Moukhammed ibn Abou Bekr. C'est le plus ancien monument architectural de l'Azerbaïdjan. L'inscription arabe sur la dalle près de l'entrée à la mosquée est datée de 471 année du calendrier musulman de l'Hégire (1078- 1079 de notre ère ). Sur le sommet de la colline de la vieille partie de la ville (de la Forteresse) se découpe l'ensemble entier des bâtiments nommé «le palais de khan». Le palais des Chirvanchakhes est le plus intéressant de ces constructions, qui est disposé dans la cour supérieure de gala de la Forteresse. On suppose que cette construction était construite au XV siècle. L'extérieur du bâtiment est décoré par le portail simple d'entrée, par les murs nus sans aucun traitement décoratif, sans l'ornement ou les inscriptions que ne crée pas l'impression du palais. Cela le distinguait des palais pompeux qu’on construisait à cette époque-là sur le Proche-Orient. Dans le palais il y a plus de 40 pièces de la diverse dimension. À côté de la mosquée de Schah il y a le bâtiment du tombeau des Chirvanschahes, le Turbé. À l'inscription sur la baie d'entrée il y a l’information que le tombeau était construit par Chirvanschahe Khalil-Oulloyu pour sa mère et son fils en 839 de l'Hégire (1435-1436). Plus tard dans la médersa s'installait le bâtiment du tombeau. L'ensemble de palais à Bakou est le monument le plus original et parfait, dont l'architecture a réalisé les meilleures lignes du style d'art de l'époque. Dans le palais il y a un musée historique et architectural, c’est un des plus riches musées à Bakou. Dans la vieille partie de la ville il y a encore un magnifique monument architectural , la tour de jeune fille. Sa hauteur est 28 m, le diamètre est 16-16,5 m, l'épaisseur des murs près de 5 m. C’est une tour de la forme cylindrique.

Curiosités de Bakou.

Villes d'Azerbaïdjan:Gyandja.
Villes d'Azerbaïdjan: Cube.
Villes d'Azerbaïdjan: Lenkoran.
Villes d'Azerbaïdjan: Nakhichevanne.
Villes d'Azerbaïdjan: Cheki.
Villes d'Azerbaïdjan: Chemaka.