Information touristique: Traditions de l’Arménie

Traditions de l'Arménie

Il y a longtemps il est remarqué que les gens sentant la vivement conscience nationale et l'unité culturelle avec le respect spécial construisent la vie conformément aux coutumes des ancêtres. L'Arménie a réussi à garder la richesse véritable spirituelle ce sont la religion, la culture et les traditions nationales de plusieurs siècles qu'ils respectent strictement, en joie et en tristesse. Aujourd'hui se gardent constamment telles traditions comme la solidité du mariage, le respect des aînés, la solidité et la largeur des liens de parenté, la coutume de l'assistance mutuelle de parenté et de voisin, l'hospitalité.

Le mariage.

Le mariage chez les Arméniens est une très grande fête. Son cérémonial insère l'entente, les fiançailles et la fête de mariage. Aujourd'hui la tradition de faire la noce comme on dit, «sept jours, sept nuits» déjà s'est éliminée. Bien que auparavant on faisait la noce notamment ainsi. Dans tout le village. Les visiteurs du mariage arménien il y a en effet beaucoup. Dans le rôle des témoins sur le mariage arménien sont présentés «les mariages parrains ». En général, c'est une plus proche et plus chère paire familiale de l'entourage du fiancé et de la fiancée. En rôle des parrains on choisit la famille qui est l'exemple pour une nouvelle famille qui soit semblable à ceux-ci. Le parrain fait le cadeau coûteux sur le mariage. À propos, la présentation des dons c’est le rite séparé de mariage. Les parents du fiancé et la fiancée, et les visiteurs offrent aux jeunes mariés du bijou, le tissu, les objets de l'usage domestique, l'argent. Le mariage est accompagné par la multitude de divers rites gais. Pendant le rachat de la fiancée les parents peuvent fixer pour elle n'importe quelle somme et la question d'honneur du parrain est de trouver cet argent, bien que en général les sommes sont purement symboliques. Le parrain de noce conduit à l'autel la fiancée mais les parrains assument la responsabilité de la famille dès le début de sa formation et jusqu'à la fin. Pendant le mariage on donne à tenir l'enfant à la fiancée, et en outre absolument un enfant du sexe masculin pour que le premier-né naisse le garçon. Le matin après le mariage, les femmes de la génération du mari apportent à la maison de la fiancée la pomme rouge qui symbolise l'innocence de la fiancée.

La naissance de l'enfant.

Traditionnellement (particulièrement dans les villages) dans les familles arméniennes il y a beaucoup d' enfants. La naissance de l'enfant c’est le bonheur. De cet événement on se réjouissait toujours. On se réjouissait particulièrement de la naissance du fils. Aux jours des fêtes d'église devant la maison où le bébé est né, la musique jouait, mais la maison était orné par les branches vertes qui est le symbole de la perpétuation. L'enfant ne montrent à personne, excepté les proches, pendant 40 jours après la naissance.