Information touristique: Cuisine de l'Arménie

Cuisine de l'Arménie

La cuisine arménienne est une curiosité indépendante du pays. Une des plus anciennes dans le monde, la cuisine arménienne garde les traditions séculaires du peuple arménien en étant considéré justement comme une des plus originales traditions culinaires de la planète. La cuisine arménienne est une verdure, les fromages, les légumes, la viande et, certes, lavache( le pain en Arménie ). Depuis des temps immémoriaux ici on mange les légumes et les herbes de toute sorte salés, le fromage tressé "chechil" et le fromage mou "jajik" avec les herbes et l'ail vert, les salades de toute sorte avec l'utilisation des légumineuses , la verdure de tous les aspects et les produits de viande, plov "плав", ainsi que les plus divers assaisonnements de l'ail. Dès les temps les plus anciens les Arméniens savaient faire et un bon vin, mais de nos jours son émission a été réduite considérablement et il est utilisé, pour l'essentiel, seulement dans la limite du pays. Traditionnellement les Arméniens préparaient la nourriture sur le feu. Le fourneau-foyer d'argile a commencé à s'appeler tonir et garde ce nom jusqu'à présent. Les Arméniens utilisaient la vaisselle d'argile. À tonir ils cuisent le pain, font cuire les bouillies, fument le poisson et l'oiseau, cuisent les légumes, préparent les soupes et d'autres plats. À propos. par la suite tonir s'est déplacé vers tous les peuples de la Transcaucasie étant devenu la partie intégrante de l'art culinaire national. De l'Arménie a apporté beaucoup de la culture culinaire aux peuples qui gouvernaient dans les différentes années dans le pays. Ainsi plusieurs plats arméniens véritable sont devenus plus tard en Europe à l’aide des Perses et des Turcs comme les plats de leurs cuisines nationales. À son tour la cuisine de la Turquie, l'Iran et des pays arabes ont enrichi la culture culinaire de l'Arménie. Les technologies de la préparation des plats arméniens sont assez complexes. La complexité fait le procédé de travail à haute intensité c’est la préparation de la multitude des plats de viande, de poisson et de légumes construits sur le farce, l’enfoncement, la préparation de la purée et des masses soufflés demandant de grandes dépenses du temps et du travail. Les Arméniens aiment beaucoup les plats de la viande hachée et aussi les variantes de toute sorte des plats fourrés.

Du respect spécial se servent les plats de viande - le chachlyk de grands morceaux de viande "khorovats" ("karsi"- se prépare sur mangale , "khazani" - dans la casserole), le chachlyk du boeuf et la graisse de queue de mouton "iki-bir", les billes de viande de la viande parée spécialement et cuite - "kufta", les quenelles rondes dans le bouillon "kokolik", célèbre "tolma" et sa variante maigre - "passouts tolma", les raies les plus fines du boeuf cuit "baskirtat", la masse pâteuse de la poule et le blé "arissa", le mouton cuit avec le pois et la verdure "bozbache", "poupouk", "bastourma", le poulet frit avec les aubergines"borani", de viande "soudjouk", l'assortiment tout à fait inimaginable des fressures et des légumes "tisvjik", "ktchouche" du mouton, "pastiner", "amitch", de divers plovs avec grenat, avec le poisson fumé ou les fruits secs etc. Un des plats les "plus arméniens" est la truite de Sevan frite sur la broche "ichkhan khorovats". Les plats "koutan", "le poisson kchouche" et "ichkhan au vin " sont aussi bons. La préparation préalable de la viande est complexe et à plusieurs degrés, c'est pourquoi tous les plats arméniens de viande ont le goût tout à fait unique.

Une importante place sur la table est prise par les soupes ce sont le brouet de la queue de boeuf "potche", la soupe de matsun "spasse", la célèbre soupe "khach", la soupe du boeuf avec les abricots secs "yayni", la soupe de poule "tarkhana", le potage au riz avec l'oignon "chouloumbour apour", la soupe de champignon avec le riz "sounki apour", la soupe des abricots secs "anouchapour", les soupes de gruau "vospnapour" etc. Aux soupes d'habitude sont donnés la viande cuite , la verdure et le lavache immanquable.

La cuisine arménienne n'existe pas sans lavache. Ce pain fin fade on cuit jusqu'ici selon une ancienne technologie dans les fourneaux-tonirakh d'argile. Le pain de la forme ovale ou ronde et de petits sandwiches avec le fromage "douroum" sont aussi toujours sur la table.

Les sucreries locales et la confiserie sont une large galette traditionnelle de la pâte feuilletée avec la farce "gata" (kata), "nazouk", "ougaterte", le biscuit "nchablit", "bagardje", "chpot", "charots", les abricots confits "chalakh", l'abricot secs et la figue, la khalwa domestique, les pêches farcies des diverses noix, sucré "soudjouk", de nombreux aspects du biscuit avec les noix et les marmelades fruitières, les pâtés et divers de la confiture sont bonnes.

La boisson nationale du pays est le cognac. La production de cognac en Arménie est fondée seulement dans un peu plus de cent ans mais pour le délai si minime le pays a acquis la gloire méritée d'un des meilleurs producteurs de cette boisson. Le cognac arménien on produise des sortes de choix du raisin , croissant à la vallée Ararate, dont le sol volcanique convient parfaitement pour la cultivation des sortes du raisin de cognac. Aujourd'hui l'usine de cognac d’Erevan (entre dans le trust "Pérno Ricard") produit tels célèbres cognacs comme "Ani" ( 6 années), "De choix" (7 ans), "Akhtamar", "Commémoratif", "l'Arménie", "Dvin" (10 ans), "De fête" (15 ans), "Vaspourakan" (18 ans) et "Nairi" (20 ans) et aussi des dizaines des sortes exclusives exportées à plusieurs pays du monde.